Lettre ouverte à Gilles Perret, réalisateur de « Walter, retour en Résistance »

Je sors de la projection de votre film, recommandé par une amie journaliste. J’ai partagé votre critique du gouvernement actuel, et j’ai trouvé le film très courageux de ce point de vue. J’ai particulièrement apprécié les interventions de Stéphane Hessel. (…) J’ai néanmoins regretté deux omissions gênantes, surtout quand nous défendons des idéaux humanistes et l’égalité des droits.(…) Les deux grands absents du film sont les femmes et les Juifs.

((/public/Images_billets/walter.jpg|walter.jpg|R|walter.jpg, nov. 2009)) Cher Monsieur Perret, Je sors de la projection de votre film, recommandé par une amie journaliste. J’ai partagé votre critique du gouvernement actuel, et j’ai trouvé le film très courageux de ce point de vue. J’ai particulièrement apprécié les interventions de Stéphane Hessel. Je suis une militante du Mouvement Démocrate où nous avons aussi le sentiment d’être entrés en Résistance depuis 2007. Le livre de François Bayrou, Abus de pouvoir, porte le même message que votre film, sous une autre forme. Moi-même, j’écris des choses assez proches du message du film: [http://www.anne-sophie-godfroy.fr/post/2009/11/Identite-nationale|/post/2009/11/Identite-nationale]. J’ai néanmoins regretté deux omissions gênantes, surtout quand nous défendons des idéaux humanistes et l’égalité des droits. L’égalité des droits est aussi l’égalité du droit à la mémoire. La période de la Libération n’a pas toujours été exemplaire sur ces deux points, mais soixante ans après, on pourrait mieux faire ! Je m’étonne d’autant plus de ces omissions que les parallèles avec le présent ne manquaient pas. Je suis très surprise que personne ne l’ai remarqué avant moi. __Les deux grands absents du film sont les femmes et les Juifs.__ On mentionne à peine les noms de Germaine Tillion et Lucie Aubrac au détour d’une phrase dans les dernière minutes. Pour le reste rien que de très conventionnel: une institutrice, la compagne de Walter qui fait la cuisine, des femmes qui rigolent avec Sarkozy d’une façon assez peu digne. Quand l’idéologie nazie assignait les femmes aux trois « K » (Kuche, Kinder, Kirche), votre film aurait pu en donner une image un peu différente. Les femmes ont joué un rôle important dans la Résistance, même si le CNR n’a pas brillé pour son féminisme en oubliant le vote des femmes dans son programme de mars 1944. Heureusement, grâce à De Gaulle, le vote des femmes est l’un des grands acquis de la Libération fin 1944. Quelques références: * Numéro spécial de Clio sur les femmes et la résistance: [http://clio.revues.org/index700.html|http://clio.revues.org/index700.html] * Dans ce numéro, un article de Rita Thalmann sur l’oubli des femmes dans l’historiographie: [http://clio.revues.org/index513.html|http://clio.revues.org/index513.html] *  »Les femmes et la Résistance » – Cahiers de la Résistance de Laurence Thibault et Jean-Louis Crémieux Brilhac (AERI), La Documentation française. *  »De l’ombre à la lumière. La représentation de l’action des femmes dans la Résistance » par Rolande Trempe (AERI), la documentation française. L’UMP est le parti qui élimine régulièrement les femmes de son gouvernement après l’affichage de 2007 sur la parité. En réalité, nous étions au mieux à un tiers de femmes quand le discours officiel prétendait défendre la parité. On sait aussi à quel point l’UMP préfère payer plutôt que de faire élire des femmes. On les prend peu au sérieux, on n’hésite pas à caser dans les listes une cousine, une maîtresse ou une secrétaire à la place d’une vraie femme politique, et bien sûr on leur réserve les circonscriptions inéligibles. Tous les partis français ont cette tendance, mais l’UMP détient la palme. Plus grave, un certain nombre de mesures ont renforcé la précarité des femmes qui sont majoritaires chez les travailleurs pauvres, particulièrement touchés par ce gouvernement. Dans ce contexte, votre omission est une forme d’aveuglement qui me surprend. Encore plus gênant, sauf erreur de ma part, à aucun moment votre film ne mentionne les rafles et les déportations de Juifs par la police française. Je sais que ce n’est pas le propos du film qui porte sur la Résistance, mais comment peut-on montrer des camps de concentration sans dire que l’écrasante majorité des prisonniers étaient juifs? Comment ne pas dire aussi que les taux de survie des politiques et des Juifs sont sans commune mesure parce que les conditions de détention étaient bien pires pour les seconds, voués à l’extermination, 2% d’un côté, 40% pour le groupe de Walter? Il est vrai qu’il y eut beaucoup moins de Juifs que de Résistants pour raconter leur détention et que l’on écoutait plus volontiers ceux qui rappelaient que la France avait été héroïque que ceux qui rappelaient que la police de Vichy avait raflé des innocents pour les livrer aux nazis. Simone Veil est très explicite sur ce point dans ses mémoires. Alors que sa soeur est invitée régulièrement à témoigner comme résistante, les regards se détournent d’un air gêné quand elle parle de sa propre déportation comme juive. Votre « oubli » est d’autant moins compréhensible que le parallèle est évident avec les rafles de sans papiers plusieurs fois mentionnées dans le film. Une dernier point: la liberté de la presse était bien dans les programmes du CNR, mais les gouvernements qui se sont succédés depuis la Libération n’ont jamais appliqué ce point du programme. Ils se sont contenté des rebaptiser la censure « commission du papier » puis « commission paritaire ». Vous avez néanmoins raison de dénoncer la mise sous tutelle toujours plus serrée des médias. J’aimerais beaucoup une réponse de votre part sur les deux points qui m’ont profondément choquée et m’ont empêchée d’apprécier complètement votre film et de le trouver totalement en phase avec son propre message. Pour le reste, je partage votre vision très critique de l’époque actuelle. Bien cordialement, Anne-Sophie Godfroy-Genin Le site du film: [Walter, retour en Résistance|http://www.walterretourenresistance.com/]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.