De l’art d’interpréter les chiffres ou comment prendre ses rêves pour la réalité

Sarkozy donné devant au premier dans un se sondage, la nouvelle fait aussitôt la une des journaux, Figaro en tête. Après le grand meeting de Villepinte, sans surprise, la prophétie du choc ou du sursaut s’auto-réalise. Les stratèges de la campagne UMP sont passés maîtres dans les interprétations en trompe l’oeil mais ils oublient l’essentiel: Sarkozy perd toujours largement contre Hollande au 2ème tour ! À défaut de réussir à changer la réalité, la communication a le pouvoir de donner l’illusion que les rêves sont la réalité.

Première opération de communication: le congrès du Nouveau Centre le 25 février. Les premières dépêches décrivent à peu près ce qui s’est réellement passé: le Nouveau Centre s’est déchiré. Finalement, les motions de soutien à Sarkozy totalisent 84% mais avec une abstention de record de presque 70%. Si l’on fait le calcul, cela signifie qu’un quart du Nouveau Centre seulement soutient Sarkozy, on est loin d’une majorité écrasante ! Une heure ou deux plus tard, les dépêches ne mentionnent plus le taux d’abstention et les dissensions internes et le message le Nouveau Centre soutient Nicolas Sarkozy à une écrasante majorité passe en boucle. Dans le monde réel, la moitié du Nouveau Centre ou plus soutient François Bayrou, un quart Sarkozy, et le dernier quart se répartit en ordre dispersé sur Borloo, Villepin, Hollande ou personne.

L’opération de communication est rééditée avec les radicaux à l’occasion de leur congrès. Même en achetant Borloo nommé à la tête de Veolia, même en exerçant diverses pressions évoquées par Rama Yade, le ralliement « vigilant » est obtenu dans la douleur et du bout des lèvres. Cela n’empêche pas de passer immédiatement en boucle les radicaux soutiennent Nicolas Sarkozy.

Fort du soutien supposé de la droite et du Centre, il ne reste plus qu’à mettre en scène Villepinte où au passage l’UMP confisque le drapeau français qui n’est le drapeau d’aucun parti. D’après des témoignages directs, les militants, y compris les militants parisiens, sont conduits en cars à Villepinte et parqués dès sept heure du matin alors qu’ils auraient simplement pu s’y rendre en RER. Que retiennent-ils du meeting? Rien, car ils n’ont rien entendu, on leur a juste demandé de crier (d’enthousiasme bien sûr) à la fin de chaque phrase pour couvrir les mots du candidat. Ambiance match de foot dans un car de supporters surexcités.Où était la politique? Ils ne sont d’ailleurs pas très sûrs de savoir pourquoi il y étaient venus. Nul doute que l’on a eu le temps de répéter et de perfectionner les cadrages. Malgré cela, je ne suis pas certaine qu’un vrai enthousiasme s’est exprimé en regardant les photos. D’après les stratèges de l’UMP, cet élan retrouvé, cette union de la droite et du centre ne devraient pas tarder à se traduire dans les sondages.

Bien entendu, la traduction arrive dans un sondage TF1-Paris Match-LCP. Les deux premiers ne sont pas vraiment connus pour leur impartialité. Le Figaro peut titrer mardi Sarkozy passe devant Hollande, comme si la présidentielle était déjà gagnée. A y regarder de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un sondage de premier tour, qu’un seul sondage donne Sarkozy devant Hollande, et que cela n’est guère étonnant puisqu’ils sont environ entre 28% et 30% tous les deux. Avec la marge d’erreur de 2% environ, l’interprétation correcte serait: Sarkozy et Hollande sont dans un mouchoir de poche au premier tour, avec un léger avantage pour Hollande qui est donné en tête par davantage de sondages. La légère remontée de Sarkozy est sans doute due largement à la bonne performance de Mélanchon. Quant aux sondages de deuxième tour, Hollande est toujours largement en tête et Sarkozy toujours largement battu.

L’opération de communication est indéniablement réussie. Elle a l’intérêt pour le président-candidat d’éviter aux électeurs de droite la tentation qui grandit de soutenir François Bayrou qui peut gagner au lieu de Nicolas Sarkozy qui a toutes les chances de perdre. Imaginez une seconde que l’on passe en boucle: Le Nouveau Centre majoritairement derrière Bayrou ou Bayrou l’emporte au second tour dans tous les cas de figure ou Bayrou l’emporte largement sur Hollande au second tour alors que Sarkozy est battu. Nul doute que cela déclencherait aussitôt une vague de ralliements au candidat Bayrou, ce qui serait le pire scénario pour le candidat Sarkozy.

En attendant, la réalité rattrape durement les militants UMP sur le terrain: même dans la deuxième circonscription, pourtant taillée sur mesure pour le candidat Fillon, ils peinent à distribuer leurs tracts et en sont réduits à faire appel à une équipe de militants volants pour soutenir les militants locaux visiblement peu motivés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *