13 janvier: nouvel an russe

13_janvier13 janvier: le nouvel an russe. Je lis en ce moment Anna Politkovskaia. J’ai commencé par Tchétchénie, le déshonneur russe, je continue avec La Russie selon Poutine. Rien de très réjouissant. Tous les indices du retour des bonnes vieilles méthodes et de l’étouffement du peu de liberté politique qui avait pu apparaître après Gorbatchev sont confirmés. Si la fin de la liberté de la presse, la prise de contrôle de la télévision, l’empoisonnement de Iouchtchenko, la quasi interdiction des ONG, l’affaire Youkos et l’expédition de Khodorkovski en Sibérie, l’empoissonnement de Litvinenko, le chantage au gaz et pour finir l’assassinat de Politkovskaia elle-même ne nous avaient pas suffisammenbt alertés, l’analyse fine des mécanismes de la guerre en Tchétchénie et des rouages du pouvoir pourtinien nous ôteront nos dernières illusions sur la réalité du régime russe.

Le pire est peut être que ce régime semble présentable, que l’on s’en méfie moins, que l’on imagine que la Russie se développe parce que l’on voit quelques nouveaux riches à Nice ou à Saint-Moritz. Il y a certes quelques accrocs dans le paysage: un assassinat de temps en temps, la brutalité avec laquelle on double le prix du gaz aux ex-satellites, quelques intellectuels pour dénoncer la Tchétchénie, mais dans le fond, tout le monde continue à dormir en pensant que les Russes ont besoin d’un pouvoir fort pour avoir de l’ordre, qu’ils n’ont pas vraiment besoin de liberté, qu’ils aiment les tyrans, et qu’après tout, cet ordre autoritaire nous évite des problèmes. Quelle erreur ! D’abord, Politkovskaia montre que cet ordre n’est qu’un semblant d’ordre. Au fond, il n’y a que l’arbitraire d’une bande de malfaiteurs qui pillent les richesses de la Russie et se sont assurés la domination des rouages de l’Etat pour continuer longtemps. Mais ces bandits ne se contentent pas de voler, ils tuent et provoquent des guerres pour donner des prétextes patriotiques à l’élimination de leurs opposants réels et potentiels. La guerre patriotique tient lieu de programme politique. Cela rappelle désagréablement un certain Milosevic… A lire Politkovskaia, ils encouragent presque le génocide et les crimes de guerre, la terreur est une bonne manière de faire marcher le peuple qui en redemande. Pour finir, non seulement ce sont des criminels, mais encore des apprentis sorciers qui sèment le terrorisme et la haine. Nous rêvons donc complètement en nous imaginant en tranquilles voisins d’une Russie certes peu démocratique, mais maintenue en ordre d’une poigne de fer. Les conséquences des actes des apprentis sorciers pourraient bien nous rattraper aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.