Bonne année 2007

bonne_annee_2007Nouvel an morose en France: Sans abris, voitures brûlées, attentats à Bangkok… On cherche dans les journaux au moins quelques images de fête dans le reste du monde, en vain ou presque. La photographie omniprésente sera celle de Saddam pendu. Ne pourrait-on commencer l’année sur une note plus positive qu’une exécution capitale? Où est passée l’optimisme des années qui commencent? 2007 sera pourtant pour les Français une année de toutes les élections, avec les espoirs que cela peut soulever. Même si ces espoirs seront parfois déçus, il n’en reste pas moins que 2007 sera une année de débats, une année pour poser les bonnes questions… enfin espérons-le!

Même l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie et le passage à l’euro de la Slovénie ne suscitent aucun vrai enthousiasme, alors qu’il y a 17 ans, la chute du mur et de Ceaucescu marquaient la fin d’une époque, la guerre froide, et l’ouverture d’une nouvelle ère, que l’on imaginait radieuse. L’Union Européenne n’a pourtant pas tant démérité: Si la critique est aisée, comment ne pas reconnaître que la sortie du communisme en Europe centrale et orientale s’est faite sans effusion de sang, et que la transition démocratique, malgré ses défauts de jeunesse, s’effectue assez bien, même si personne ne semble le remarquer. Il suffit de penser à l’Ukraine, à la Biélorussie, à la Moldavie, à la Yougoslavie pour comprendre que là où l’Union n’intervient pas, le tableau est nettement plus noir: corruption, recul de la démocratie, guerres civiles et génocides, tutelle de Moscou, augmentation de la pauvreté, baisse de l’espérance de vie et de la natalité. Certains de ces pays se tournent d’ailleurs vers l’Europe, signe qui ne trompe pas, et l’on aurait tort de ne pas répondre à leurs appels. Reste le discours de Jacques Chirac, digne, le ton est juste. Il a raison, que cette année soit celle des débats responsables. Dommage que ce discours si raisonnable soit démenti par une attitude de Père Noël irresponsable. Il n’y manque aucun cadeau à aucune corporation qui pourrait rapporter quelques voix en mai. Ces cadeaux amélioreront-ils vraiment la situation de leurs destinataires? Sans doute un peu, mais pas suffisamment pour leur changer véritablement la vie. En revanche, ils hypothèquent des réformes plus fondamentales, qui travaillent sur les causes plutôt que de passer un peu de pommade sur les effets, et réduisent encore les marges de manoeuvre en alourdissant la dette pour des dépenses qui n’investissent pas dans l’avenir. Reste à souhaiter à tout le monde une très heureuse année 2007!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.