Le retour de l’ISF dans la campagne…

retour_de_lisfL’ISF s’invite dans le débat. Visiblement, la question reste taboue à gauche, l’UMP n’ose pas non plus se prononcer clairement, elle propose des aménagements déguisés qui ne satisfont personne. Bref, le problème est très mal posé sauf à l’UDF. Quelle est l’analyse de l’UDF?

Le problème véritable est la délocalisation de patrimoines, dans un contexte de concurrence fiscale entre les différents Etats européens qui ont presque tous supprimé cet impot ou pratiquent des taux très faibles comme le Lichtenstein ou la Suisse (0,1 à 0,2%).

Cet impot ne rapporte que 4 milliards, il est surtout symbolique (sauf pour ceux qui le paient!), à comparer aux 56 milliards de l’impot sur le revenu, et il donne un très mauvais signe: ne vous enrichissez surtout pas.

Se contenter d’exonérer la résidence principale ne résout rien. Certes, les heureux propriétaires d’une résidence qui a pris une valeur inespérée ces dernières années, mais n’ont pas de patrimoine par ailleurs, s’éviteront le petit millier d’euros des personnes qui sont dans les premières tranches, désagréable, mais pas dramatique pour eux, tandis que le patrimoine continuera à se délocaliser pour faire la fortune de la Belgique, du Luxembourg et de la Suisse.

Exonérer l’immobilier renforcerait en outre la tendance naturelle des français à investir dans la pierre sans beaucoup de profit pour l’économie. A part faire peser des dépenses de logement sur les budgets, quel est l’effet de l’augmentation des prix de l’île de Ré ou de Paris? Un investissement dans les entreprises serait nettement plus créateur de richesses et d’emplois. S’il fallait exonérer quelque chose, ce seraient plutôt les valeurs mobilières.

Il y a manifestement plus d’inconvénients que d’avantages à garder l’ISF, ayons le courage de le supprimer ou d’en rendre le taux réellement symbolique à 0,1% par exemple. L’UMP se complique inutilement la vie en refusant de le supprimer tout en faisant des cadeaux fiscaux dénués de sens, le PS reste complètement crispé sur des positions archaïques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *