Bronzez bonnes gens!

Pendant que les Français ont l’esprit en vacances, à domicile pour les uns, ailleurs pour les chanceux qui peuvent partir, le parlement et le gouvernement redoublent soudain d’activité. En quelques jours, vote de la loi sur le travail le dimanche, décret sur le recrutement et la formation des enseignants, loi sur la mobilité des fonctionnaires, rattachement de la gendarmerie à l’intérieur, texte sur la formation professionnelle, Grenelle de l’environnement définitivement adopté par le Sénat, nouveaux débats sur Hadopi, encore une fois retoqué et reporté, et j’en oublie sans doute.

[((/public/Images_billets/vacances.jpg|OLYMPUS DIGITAL CAMERA |R|OLYMPUS DIGITAL CAMERA , juil. 2009))|/public/Images_billets/vacances.jpg] L’adoption du Grenelle de l’environnement, souhaitée depuis longtemps, le report d’Hadopi qui méritait mieux que l’examen de 800 amendements en treize minutes, sont plutôt de bonnes nouvelles. Pour le reste, des projets dont personne ne voulait sont passés à l’arrachée: petit oui pour le travail le dimanche, ou sans vraie discussion, au risque de mettre le feu aux poudres à la rentrée, et discret décret sur la formation des enseignants. Quelle était l’urgence d’un tel texte à partir du moment où la réforme ne peut être mise en place qu’à la rentrée 2010 ? Visiblement, les mois de grève dans les universités et les lettres de protestation de la Conférence des Présidents d’Université n’ont pas servi de leçon, à moins que l’on ne cherche volontairement l’affrontement. Restent des réformes de fond, le statut de la gendarmerie, la mobilité des fonctionnaires, la formation professionnelle, sujets qui n’ont pas encore été débattus très publiquement et qui auraient pourtant mérité de l’être. On s’explique assez mal une telle précipitation, si ce n’est pour couper court à des discussions embarrassantes. La télévision et la radio titrent sur les incendies de forêt, la TVA des restaurateurs et autres nouvelles de vacances, avec un savant dosage de catastrophes et de divertissement. Il faut suivre la presse écrite pour voir passer les nouvelles. Radio et télévisions ne sont pas plus bavardes sur les nouvelles de l’étranger: poursuite de la crise aux États-Unis, faillite de la Californie, Bank of America et Citigroup soutenus à bout de bras par l’Etat, discours du président de la FED au Congrès, silence radio. Nous sommes en juillet, bronzez bonnes gens, le gouvernement et les parlementaires pensent pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.