Vous êtes embarqué, il faut parier

Difficile de savoir ce qui sortira des urnes dimanche soir. A défaut d’être déjà convaincu par un candidat, on peut se déterminer en mesurant les espérances de gains et de pertes pour chacun des choix possibles.

– Si vous pariez Bayrou, il a de réelles chances d’accéder au second tour, et s’il y accède, il gagne. Dans ce cas là, une recomposition politique qui correspondra enfin à la réalité des affrontement idéologiques de ce siècle s’ensuivra: européens, libéraux, démocrates-sociaux se rassembleront, le PS et l’UMP éclateront, coquilles vides qui n’ont plus de contenu idéologique identifiable. Une nouvelle génération de parlementaires sera élue. A partir de là, il deviendra possible de réformer la France en douceur de manière à lui permettre de retrouver sa place dans le concert des grandes nations européennes et de relancer la construction européenne. Les Cassandre me trouveront un peu optimiste, j’admets qu’au pire Bayrou pourrait investir trop de parlementaires sortants qui n’attendent que son succès pour frapper à la porte de l’UDF et revenir à un fonctionnement assez habituel, mais cela vaudra toujours mieux que la guerre civile, la corruption ou les incertitudes idéologiques paralysantes du PS.

– Si vous pariez Royal, ou elle ne passe pas le premier tour ou elle risque d’être battue par Sarkozy, et vous vous retrouverez avec un programme à l’opposé de vos aspirations. Supposons toutefois qu’elle soit élue, où ira-t-elle chercher une majorité ? Du côté des communistes, des trotskystes et des altermondialistes ? Plus sérieusement, dans quel mesure le PS pourra-t-il gouverner avec les fractures qui les traversent sur le libéralisme et l’Europe? Dans tous les cas, vous êtes perdants.

– Si vous pariez Sarkozy, vous avez probablement des chances qu’il passe le premier tour et soit élu au second. Que se passera-t-il ensuite? Le miles gloriosus fera quelques déclarations fracassantes qui seront suivies d’émeutes et d’agitation, après quoi, il ne lui restera que deux solutions: déclarer la guerre civile ou revenir à la pratique du mandat de Chirac: ne pas faire grand chose, continuer à décliner tranquillement en plaçant ses copains et en développant la corruption, déjà bien organisée dans les Hauts-de-Seine sous couvert de libéralisme, et occuper le plus clair de son temps à des guerres intestines à l’intérieur de l’UMP. Il n’y a aucune raison de penser qu’un second quinquenat UMP serait très différent du premier, comment réaliseraient-ils soudain ce qu’ils n’ont pas réalisé en cinq ans avec une majorité écrasante de 365 députés? Bref, guerre civile ou immobilisme, dans les deux cas, vous avez perdu.

– Si vous pariez Le Pen, soit il n’accède pas au second tour et vous revenez aux choix Bayrou, Sarkozy, Royal, selon les résultats, soit il y accède pour être battu et renforcer (sauf dans le cas où Bayrou serait élu) le système contre lequel vous avez voulu protester. Autant dire que vous perdez votre vote.

– Si vous pariez pour l’un des autres candidats, vous serez vraisemblablement ramené aux 2e tour à l’un des paris précédents.

Conclusion prévisible: C’est Bayrou qu’il faut parier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.